Découvrir Saudemont/Son Patrimoine/Les Anges

Les Anges

Déscription

Photo des Anges de SaudemontAnges de SaudemontAnges en bois doré, dit " de Saudemont " acquis par le musée des Beaux-Arts d'Arras, et classés monuments historiques par arrêté du 29 novembre 1958.

Silouhette élancée, attiude cambrée, visage expressif au fin sourire évoquant la scupture des années 1250-1270. Les joues vermillonnées, la tête bouclée, le cou allongé, les draperies aux plis profondemment cassés, le déhanchement, l'élan des ailes, et surtout le sourire rappelant le "célébre sourire des ateliers rémois".

D'une hauteur de 135 cms, la dorure en deux tons (mat et brillant) posée sur des apprêts d'ocre jaune et d'ocre rouge ; ceci pour la tunique, les ailes et les cheveux. Quant aux chairs des mains et du visage, elles sont argentées à la feuille.

L'auteur

A cause du sourire qu'ils arborent, universellement connu sous le nom de "sourire de Reims", on peut penser qu'ils avaient été commandés par le chapitre à un atelier Rémois... Et de nouveau, Mgr Lestocquoy est allé aux sources ...

On ne possède pas les comptes du chapitre de la Cathédrale, mais on possède ceux de la cour d'Artois, qui devait l'une et l'autre utiliser la même main-d'oeuvre pour cette époque, c'est à dire les artisans locaux, tous picards ou artésiens, en aucun cas rémois...

Et selon toute vraisemblance, les anges de Saudemont et ceux d'Humbert seraient nés au coeur même de l'Artois ... Avec le sourire de Reims ?  pourquoi pas ? les rapports étaient étroits entre les deux provinces.

Découverte "Les Anges au sourire d'Arras"

Photo d'un Ange de SaudemontAnge de SaudemontIls s'érigeaient parmis les fleurs et les guirlandes artificelles d'un petit oratoire campagnard, recouverts d'un badigeon de style Saint Sulpice bleu et blanc.

On avait signalé à Mgr Lestocquoy, conservateur des Antiquités et objets d'art du Pas de Calais, qu'en cette chapelle une Pietà était susceptible de l'intéresser. En effet, la Pietà s'y trouve, oeuvre honorable du XVII ème siècle. Deux anges la veillaient ... Mgr Lestocquoy eu un choc : ces anges à la tête bouclée et au célèbre sourire des ateliers rémois ...

Sans doute aucun, les deux anges de Saudemont étaient les frères de ceux d'Humbert, joyau de son église, et celui du même style, trouvé après la guerre dans une tranchée d'Abbeville, apposé au musée du Louvre. Qu'ils aient échoués dans une pauvre chapelle à la croisée des chemins n'a rien d'étonnant : la Révolution a donné dans toute la région semblables errances.

Conscient de l'importance de sa trouvaille, Mgr Lestocquoy alerte la direction des monuments historiques, et obtient le classement des deux statues. Une restauration est décidée, et ces deux anges, débarassés de leur carapace finalement protectrice, révèlent une admirable dorure en deux tons d'or ...

La Parenté éclatante des 5 anges, tous découverts sensiblement dans la même région, amena à l'esprit de Mgr Lestocquoy une image précise : celle du triptyque du "Miracle de la Sainte Chandelle" du XVI ème siècle conservé en l'actuelle cathédrale d'Arras. Après étude des archives de l'inventaire du mobilier de Notre-Dame dressé en 1791, et stipulant "six colonnes en plaques d'argent ... surmontées de six anges en bois dorés" ... Rien n'interdit plus de supposer que les Anges de Saudemont, comme ceux d'Humbert et celui du Louvre, ont jadis appartenu à l'ancienne Cathedrale d'Arras.

Sous haute protection

Le 11 septembre 2005, une copie des Anges est installée dans la Chapelle Jésus Flagellé. Les originaux sont à voir au musée d'Arras.